Accès équitable aux meilleurs soins

Éliminer la discrimination liée au code postal chez les patients atteints d’un cancer thoracique (3,5 millions de dollars)

Une quarantaine d’hôpitaux, répartis entre Gaspé et Gatineau, envoient au CUSM des patients atteints de cancers thoraciques complexes; toutefois, les taux de survie sont plus faibles chez les patients qui vivent à l’extérieur de Montréal. Pourquoi en est-il ainsi ? Ces patients n’ont pas accès dans leur région aux toutes dernières options de traitements ni aux soins de qualité supérieure accessibles dans les essais cliniques effectués à Montréal.

Les essais cliniques exigent habituellement que les patients subissent chaque semaine des examens de tomodensitométrie et des examens médicaux, afin que l’on exerce un suivi sur la progression de leur maladie. La plupart des patients venant de l’extérieur habitent trop loin de Montréal, ce qui entraîne des frais de déplacement trop élevés et rend leur participation à des essais cliniques plus difficile. Les hôpitaux de leur région ne disposent pas des ressources humaines nécessaires pour offrir des essais cliniques aux patients.

Armen Erkat, agent de sécurité à l’Hôpital général de Montréal, avait un cancer du poumon (stade 3); il a participé à un essai clinique dirigé par le Dr Spicer, dont les résultats ont été positifs. Il est maintenant en rémission.

« Nous voyons une occasion incontournable à saisir dans le but de permettre à notre réseau d’hôpitaux de nous envoyer davantage de patients pour participer à des essais cliniques novateurs. Il faut vaincre la discrimination liée au code postal. Cela nous permettra également d’améliorer les résultats et de faire progresser les découvertes scientifiques plus rapidement. »

Dr Jonathan Spicer, MD PHD FRCS
Coprésident, Réseau national de cancérologie pulmonaire du Québec, RUISSS
Réseau de chirurgie oncologique thoracique de McGill

Optimisation des cheminements en chirugie dans chaque hôpital du Québec pour les patients atteints d’un cancer colorectal ou gynécologique (1,5 million de dollars)

« Grâce à votre appui, nous aidons l’ensemble des centres hospitaliers du Québec à mettre en place les tout derniers et les meilleurs protocoles chirurgicaux – d’abord élaborés ici – dans le but d’améliorer les résultats des patients atteints de cancer dans l’ensemble de la province. »

Dre Liane Feldman
Chirurgienne en chef, Centre universitaire de santé McGill
Directrice du Département de chirurgie, Université McGill

Le Programme de réhabilitation améliorée après chirurgie favorise la guérison et optimise totalement l’expérience du patient, y compris avant (préadaptation) l’opération, pendant l’hospitalisation et après la chirurgie (réadaptation visant un rétablissement complet). Constituant d’abord une initiative de l’Hôpital général de Montréal du Centre universitaire de santé McGill, ces moyens sont maintenant mis en place dans l’ensemble de la province, à l’intention des patients subissant une chirurgie colorectale ou gynécologique. De meilleures solutions favorisant la guérison améliorent les résultats et le niveau de satisfaction des patients, tout en réduisant les coûts du système de santé.

SOIN INTÉGRAL DE LA PERSONNE, ADAPTÉ À DES POPULATIONS SPÉCIFIQUES

Un nouvel espace pour le soin intégral de la personne au Centre de soins de soutien en oncologie des Cèdres (10 millions de dollars)

Lorsque les patients atteints de cancer ont accès à des soins palliatifs, à des soins de soutien et à des services complémentaires adéquats, leur qualité de vie s’améliore, tout comme leurs résultats en matière de santé. Le Centre du cancer des Cèdres offre les meilleurs services qui soient, en dispensant des soins holistiques à ses patients atteints de cancer.

« Nous avons une occasion unique à saisir pour offrir tous ces services sous un même toit, facilement accessible, afin de dispenser des soins continus et d’améliorer la qualité de vie et les résultats des patients. »

Dr Justin Sanders, M.D., M. Sc., FAAHPM, titulaire de la Chaire de Soins Palliatifs Kappy et Eric M. Flanders, directeur, Soins Palliatifs McGill, professeur agrégé, Département de Médecine de Famille, Université McGill, directeur, Programme de soins palliatifs et de soutien, Centre universitaire de santé McGill

Génération perdue à cause du cancer : les adolescents et les jeunes adultes sont souvent oubliés pendant la transition entre l’hôpital pédiatrique et l’hôpital pour adultes.

Malgré l’amélioration générale des taux de survie, les jeunes gens atteints de cancer s’en tirent moins bien – et on ignore souvent leurs symptômes.

Un nouveau programme d’oncologie destiné aux adolescents et aux jeunes adultes (2 millions de dollars)

« Les jeunes ayant entre 15 et 39 ans atteints de cancer doivent surmonter des craintes et relever des défis très différents : en effet, ils en sont à une période de leur vie où ils doivent terminer leurs études, se bâtir une carrière, faire face à la perte de fertilité ou fonder une famille. Notre nouveau programme fait le lien entre les missions des hôpitaux pédiatriques et des hôpitaux traitant des patients adultes, afin d’offrir des soins holistiques aux patients AJA (adolescents et jeunes adultes) – tout en leur donnant accès aux tout derniers essais cliniques et recherches, afin de répondre à leurs besoins uniques. »

Virginia Lee, PhD
Directrice de CanSupport des Cèdres et chef de Service, Programme des services de soutien et soins palliatifs

Ryan Ross, courageux jeune survivant du cancer

Programme Geri-Care : soutien destiné aux patients plus âgés (2 millions de dollars)

Les traitements oncologiques peuvent être extrêmement durs pour le corps, plus particulièrement pour les aînés. Geri-Care propose divers programmes aux patients de ce groupe d’âge : exercices, nutrition et thérapies de soutien. Ces programmes visent à aider les patients aînés à améliorer leurs fonctions cognitives et physiques, à maintenir leur autonomie et leur mobilité, tout en réduisant leur isolement social.

Accès équitable aux meilleurs soins et au meilleur soutien

« La plupart des services de soins visent des populations-types adultes. Des patients de tous les groupes d’âge (enfants, jeunes adultes et patients gériatriques) doivent avoir accès à des soins et à des projets de recherche qui prennent en compte leur situation particulière. C’est ce que nous offrons au Centre du cancer des Cèdres. »

Dr Armen Aprikian
Directeur, Mission des soins de cancer du CUSM
Directeur médical du Centre du cancer des Cèdres

Permettre l’accès aux essais cliniques sur le sarcome au Québec (3,5 millions de dollars)

« Avec des patients dispersés dans l’ensemble de la province, aucun hôpital ne pouvait recruter à lui seul suffisamment de patients pour rendre un essai clinique viable. Auparavant, des patients devaient se déplacer à l’extérieur de la province, voire aux États-Unis, pour participer à des essais cliniques. Grâce à votre soutien, les patients peuvent maintenant avoir accès ici, à Montréal, à des essais cliniques nous permettant de faire avancer la recherche et d’offrir aux patients des traitements ayant le potentiel d’améliorer leur qualité de vie et de prolonger leur vie. »

Dr Ramy Saleh, directeur médical, Essais cliniques en oncologie, IR-CUSM, oncologue médical au Centre universitaire de santé McGill

Les sarcomes constituent une forme de cancer rare, complexe et mortelle, qui se manifeste dans les os et dans les tissus conjonctifs. Au Québec, chaque année, 300 patients reçoivent un diagnostic de sarcome. Le Dr Ramy Saleh a dirigé la création de Sarcome Québec (SaRC-Q). Ce consortium regroupe 11 hôpitaux dont l’objectif est de standardiser, dans l’ensemble de la province, les soins destinés à traiter un sarcome, dans le but de consolider au CUSM l’ensemble des essais cliniques sur le sarcome.